D’Arica à Pucón

Nous nous levons à 3h00. Notre taxi est bien là devant l’hôtel à 3h30, comme prévu. Nous arrivons à l’aéroport, à 12km, à 3h55.

À l’enregistrement, le stewart, un peu trop au taquet, court dans tous les sens. Nous redoûtons qu’il fasse n’importe quoi à vouloir aller trop vite, et que nos bagages n’arrivent pas à destination.

Lors des contrôles de sécurité, ils découvrent aux rayons X mon couteau suisse dans mon sac à dos, que j’ai oublié de remettre dans ma trousse de toilettes en soute, comme je le fais à chaque fois.

Heureusement, la sécurité me propose de ressortir, et retourner à l’enregistrement pour mettre mon bagage à main en soute avec le couteau, cadeau de Noël offert par Sophie, à la dernière minute. Le stewart au taquet, toujours là, rouspette mais fait le nécessaire, et apporte mon sac en courant jusqu’à l’avion.

Nous embarquons et décollons en avance.P1230258 Après la phase de décollage, nous essayons d’incliner les sièges pour un repos plus que nécessaire mais nos fauteuils sont situés au niveau de la sortie de secours : impossible de les incliner. Heureusement, une rangée derrière est libre, elle aussi à côté d’une sortie de secours et nous pouvons nous coucher chacun sur sa rangée.

Notre vol dure 2h environ jusqu’à Santiago.
Nous atterrissons à 7h00.

Notre voyage n’est pas fini. L’embarquement pour le prochain vol Santiago – Temuco est à midi. Nous attendons dans le hall des départs jusqu’à 11h20. Sophie travaille le blog pendant que Sylvain dort. Nous ne prenons pas le temps d’aller trouver de quoi manger, comptant sur ce qu’on nous servira dans l’avion.

Nous décollons à 12h30. Nous sommes assis du côté droit et nous râtons la vue sur les Andes sur la gauche de l’appareil.P1230259
Ce vol dure 1h. Ils nous servent malheureusement le même snack que sur le vol précédent : 2 cookies, 1 mini cake vanille-coco, et des biscuits secs au romarin, avec une boisson.

À l’arrivée, nous récupérons sans encombres nos bagages, qui ne se sont pas perdu en route malgré le transfert de 5h.

Nous n’avons pas fini notre périple et devons maintenant rejoindre Pucón à 2h de là. À la sortie, une compagnie propose le transport pour la gare de bus pour 2500 pesos / pers ou un direct pour Pucón pour 10 000 pesos. Fatigués, nous choisissons la facilité, certes assez chère.

Nous sommes seuls dans la navette. Nous partons vers 14h. En chemin la silhouette imposante du volcan Villarica se profile, avec ses neiges éternelles. P1230264P1230271Nous passons la ville de Villarica, longeons le lac homonyme et arrivons vers 15h30 à Pucón.

Notre périple de 2090 km se termine enfin.
La navette nous déposé devant l’hostal La Bicicleta. Nous sonnons à la porte : rien. Le Routard prévient que de nombreuses adresses sont fermées en dehors de la saison haute, l’été (janvier-février). Cela se confirme.

Je laisse Sophie avec les bagages pour aller trouver un autre hostal, au coin de la rue, la Tetera, dans une maison toute en bois. Après visite de la chambre, avec balcon et vue sur le volcan (26 000 pesos / nuit), je retourne chercher Sophie et nous nos installons.P1230279P1230276P1230277 Nous n’avons pas mangé depuis la veille à 19h, nous ne nous attardons pas dans la chambre.

C’est le dépaysement. Rien à voir avec l’Altiplano et ses maisons en adobe, nous sommes dans un écrin de verdure, avec des maisons en bois façon chalet. La ville ressemble à une station de ski ( il est possible de skier sur les flancs du volcan) : boutiques de luxe (North Face, Timberland, Jack Wolfskin), bars et restos sympas, agences de toursime tous les 20 mètres.P1230282

Première mission avant de manger, se renseigner pour l’ascension du volcan. Nous nous rendons chez Aguaventura, une agence gérée par des Français, recommandée par le Routard et notre hostal. La météo annonce de la pluie pour le surlendemain alors qu’il fait un soleil magnifique. Notre seule chance est le lendemain. Nous faisons les essayages pour le matos : chaussures d’alpinisme, pantalon et surveste imperméable, casque. La mauvaise nouvelle étant que la station de ski est fermée, il nous sera impossible d’emprunter le télésiège qui permet d’économiser 1h de marche et 600m de dénivelé. Nous sommes pour l’instant les seuls touristes pour le lendemain. Il nous faudra repasser faire un point météo après l’actualisation à 19h. Le rendez-vous à l’agence sera à 6h45.

Pour garder un peu de place pour le dîner, nous nous dirigeons ensuite vers le café crêperie Cassis. Nous nous asseyons en terrasse au soleil et commandons un muffin pour Sophie, et une crêpe au manjar (confiture de lait) pour Sylvain. Un chien errant très calme s’installe sous la chaise de Sophie.

Après notre goûter, nous partons voir la place principale, et le chien, un berger allemand foncé, s’invite avec nous. Nous le surnommerons Kiki, comme tous les animaux que nos croisons : Kiki le dromadaire indien, Kiki l’éléphant d’Asie, Kiki le kangourou australien, Kiki la baleine polynésienne , Kiki le tatou argentin, entre autres.

Nous passons devant le Gran Hotel, l’un des plus chics de la ville, puis nous nous rendons sur les bords du lac, à la Playa Grande. P1230296Kiki nous suit toujours. Nous nous promenons dans le sable volcanique noir et jouons à lancer des bâtons à Kiki qui ne nous quitte plus. Parfois il part se baigner dans le lac avec son bâton et nous rejoint aussitôt.P1230299

Il y a énormément de chiens errants au Chili, tous aussi gentils les uns que les autres, car abandonnés. À chaque coin de rue, un chien. Bien élevés, ils ne rentrent (normalement) ni dans les restos, ni dans les boutiques.

Vers 18h30, nous partons vers la Poza Mirador de l’autre côté de la péninsule, orientée plein Est, pour y regarder le coucher de soleil sur le lac. Kiki est toujours avec nous.P1230303

P1230312Nous nous installons sur un banc et faisons connaissance avec Gina, une petite mamie de Pucón, qui rêve d’aller à Paris faire une ballade sur la Seine à Noël. Petit paramètre que nous avions oublié, nous sommes bien plus au Sud, et le coucher de soleil a lieu à 19h50, environ 35 min plus tard que dans l’extrême Nord du pays. Nous restons la un long moment à discuter et regarder le soleil. P1230320Nous sommes en retard pour aller confirmer la météo du lendemain à l’agence. Nous y allons de ce pas, toujours suivis par Kiki.

La météo est toujours impeccable et notre sortie est confirmée. 4 autres personnes se sont jointes au groupe. Un dernier point météo sera fait le lendemain à 6h45.

Lorsque nous ressortons de l’agence, Kiki est encore là, fidèle. Nous repassons par l’hôtel, et Kiki nous attend dehors.

Nous partons faire quelques courses au supermarché pour la rando : bouteilles d’eau et barres de céréales. Nous passons au rayon de nourriture pour chien pour faire une surprise à Kiki, qui nous attend devant le magasin, mais c’est bien trop cher. En sortant, Kiki fonce vers nous depuis l’autre côté de la rue.

Nous partons manger dans un petit resto économique, El Jardín del Mar. Nous commandons un filet de saumon au beurre blanc accompagné de patates sautées. Nous commandons aussi des sandwichs nourrissants à emporter pour notre rando : churrasco (lamelles de boeuf), fromage fondu, bacon, tomate et haricots verts.

Nous n’oublions pas de piquer un bout de pain et la peau du saumon pour Kiki, qui est encore et toujours là à nous attendre à la sortie du resto.

Nous rentrons à l’hôtel et laissons Kiki devant la porte. Depuis le balcon, nous pouvons l’observer, couché dans l’herbe à nous attendre.

Nous nous couchons au plus vite car nous avons bien besoin de repos.

3 thoughts on “D’Arica à Pucón

  1. Qu’est devenu kiwi ????
    Il semble donc que vous étiez dans le froid pendant que moi j’étais dans le chaud (37°)….alors qu’ici la neige a fait son apparition à 1000 m.
    Bisous

  2. j’ai hate de lire l’ascension du volcan…les photos sont magnifiques et font rever.Bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>