Glaciers Balmaceda et Serrano, ou pas…

Nous nous levons à 6h00. En regardant par la fenêtre, qui donne sur le fjord, nous voyons la mer bien agitée et couverte d’écume, le vent n’a pas baissé. Mais il fait beau, le ciel est bien bleu avec quelques nuages.

Le petit déjeuner, bien complet, est prêt dans la salle à manger en bas depuis la veille. Plus qu’à faire griller le pain et chauffer les boissons.

Nous arrivons a l’agence Turismo 21 de mayo à 7h30. Nous entendons quelques bribes de conversation : le capitaine du bateau doit décider si on part ou pas.

Finalement, nous montons dans le minibus qui nous emmène au quai. _DSC5384En passant devant le Skorpios III, petit pincement au coeur, c’était vraiment bien. Le vent souffle vraiment fort sur le quai, venant du nord.P1260869 Nous montons à bord et le bateau part avec 20 bonnes minutes de retard. P1260872Nous grimpons sur le pont supérieur. À peine partis, le vent contre nous, les vagues cassent sur l’avant du bateau et arrose les vitres continuellement. P1260879P1260880Nous ne pouvons même pas profiter de la vue. Nous sommes entouré par un groupe d’une vingtaine de russes bruyant et envahissant. Nous n’entendons même pas les commentaires du guide par le haut-parleur. Mais nous sommes condamnés à rester en haut : pour descendre il faut passer par l’extérieur et nous serions trempé à la moindre vague.

Après de longues minutes, nous tentons de sortir entre 2 vagues. Mission réussie, nous rejoignons la cabine inférieure plus spacieuse. Toujours impossible d’y voir à travers les hublots. Fatigués nous nous endormons sur les tables.
Le bateau bouge un peu plus et nous nous réveillons. Le guide passe demander à chacun si tout va bien, pas de mal de mer.

Tout à coup, une dame derrière fait un malaise, d’autres passagers lui lèvent les jambes. Elle retrouve ses esprits peu de temps après.

Nous naviguons depuis environ 2h. Le capitaine décide de nous dérouter pour faire une pause à l’estancia Perales, où nous sommes sensé passer au retour vers 14h pour le repas.P1260896P1260915P1260930 Ils annoncent que nous allons faire un arrêt bref pour nous remettre de nos émotions avec ces vagues.

La traversée du quai est un exercice périlleux car les vagues passent par dessus le ponton sur un portion dune dizaine de mètre. Nous passons en courant entre 2 vagues sans trop nous mouiller, mais une autre touriste n’aura pas autant de chance !_DSC5454

Nous nous promenons un peu, faisons quelques photos, le coin est joli.DSC04152DSC04156P1260946P1260961P1260969P1260981P1260982 Puis ils nous réunissent dans une sorte de salon pour annoncer que nous allons attendre 1h voir si le vent baisse._DSC5486 Ils servent du café et des biscuits. Il n’y a même pas assez de place pour que tout le monde puisse s’asseoir.

Au bout d’une heure, nouvelle annonce : nous allons manger là et voir si les conditions seront meilleures à 13h30.

Les guides donnent au cas par cas des informations contradictoires, l’espagnol étant différent de l’anglais : on va repartir mais si certains ne se sentent pas bien avec les vagues, ils rentreront en voiture.

Ça sent le plan foireux. Surtout lorsque nous apprenons que le déjeuner sera servi à 13h30 et donc qu’il n’y a aucun espoir de partir à l’heure annoncée auparavant.

Tout le monde s’impatiente et ils décident d’improviser une ballade dans le coin. Nous montons à un point de vue sur le lac, puis observons un marécage derrière la crête. DSC04160P1270006P1270023_DSC5528P1270041_DSC5537P1270073Le vent est bien plus fort, le ciel se voile. Nos espoirs de repartir s’effacent peu à peu.

Après la ballade rapide, nous revenons dans le salon, à attendre sans rien faire. Nous trouvons quelques chaises dans un recoin et nous nous endormons sur la table.

À 13h30, nous rejoignons la salle à manger : cazuela de vacuno en entrée, grillades de boeuf, agneau, poulet et saucisse, accompagnés de patates et salade, pêches au sirop en dessert._DSC5542P1270075P1270078

À la fin du repas, les guides, toujours aussi compétents, annoncent en espagnol qu’on rentre à Puerto Natales, et en anglais qu’on remonte à bord pour voir si on peut continuer.

Une fois assis dans le bateau, le guide annonce que nous rentrons. Le bateau part, et bizarrement continue sa route au nord. Nous demandons au guide qui explique que le bateau doit faire une grande boucle pour faire convenablement demi-tour à cause des vagues. Évidemment !

Pendant environ 20 min nous continuons en direction du glacier. P1270082Les conditions de mer sont les même que ce matin, ça ne bouge pas plus. Nous aurions pu continuer sans problème. Soudain le bateau fait demi-tour. Nous sortons à l’arrière du bateau. Nous devinons au loin le glacier Balmaceda dans la brume. Vraiment du gâchis !P1270083

Le retour, vent dans le dos, est très calme. Nous arrivons à Puerto Natales vers 16h30. De retour à l’agence, ils nous proposent un remboursement du tour à 50%. Ça fait tout-de même près de 50 euros chacun juste pour un barbecue dans une estancia.

C’est aujourd’hui dimanche. Tout est fermé ou presque. Nous retournons dans la boutique de sport de la veille pour faire enlever l’antivol sur mon bonnet. La boutique a le rideau à moitié baissé. Ils sont fermé mais il y a heureusement une dame à l’intérieur qui accepte de nous dépanner.

Sur le chemin vers l’hôtel, nous trainons un peu dans l’une des rares boutiques de souvenirs ouvertes.

Il pleut. Nous rentrons. À l’hostel, nous réservons sur internet notre dernier refuge sans le parc national Torres del Paine, le Refugio Paine Grande.

Nous ressortons manger. Nous nous arrêtons acheter des sandwichs pour le lendemain midi dans un premier un resto : 2 Barros Luco, des sandwichs de churrasco (lamelles de boeuf grillées) et fromage fondu, un classique chilien portant le nom d’un ancien président.

Nous dînons dans un autre resto un peu plus loin, une paila marina pour Sophie (soupe aux fruits de mer) et un filet de congre et purée pour Sylvain.DSC04185DSC04184

À l’hôtel, nous demandons à la propriétaire de nous réserver un taxi à 7h pour la gare de bus, afin d’y prendre l’un des bus pour le Parc National Torres del Paine, partant vers 7h30.

Nous préparons nos sacs à dos pour la rando et nous couchons.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>