Parc Torres del Paine, 1er jour, montée au refuge Chileno

Réveil difficile à 6h. Sylvain a vomi dans la nuit, à 3h30. Il n’a pas digéré le repas du midi de la veille.

Juste après le petit déjeuner à l’hôtel, notre taxi vient nous chercher comme prévu a 7h. Il nous dépose à la gare de bus. Nous réservons notre billet de bus aller/retour pour le parc Torres del Paine avec la compagnie Gomez.

7h45, le bus part. Nous nous endormons. Nous émergeons lors d’un arrêt café à 8h45 dans le village de Cerro Castillo.P1270086

Nous roulons au milieu de la pampa, un paysage semi-désertique de steppe d’une jolie couleur dorée. P1270096P1270100En bord de route nous observons des guanacos (sorte de lama sauvage), des ñandus (petites autruches), et de nombreux moutons avec leurs petits. P1270115Au loin, les montagnes enneigées du parc approchent, avec ses fameuses formations rocheuses : les « torres » (tours) et « cuernos » (cornes).P1270119

Nous arrivons à 10h à l’entrée Est du parc, celle de la Lagune Amarga. P1270124Nous y achetons notre billet d’entrée à 18 000 pesos (27€). Nous devons aussi visionner une vidéo sur les précautions à prendre dans le parc et les amendes encourues. Après la vidéo, ils nous remettent la carte du parc.

Il y a un mirador à côté des bureaux du parc. Je vais prendre quelques photos en vitesse, car nous devons prendre un autre minibus pour rejoindre le début des sentiers, à 7km de l’entrée du parc. DSC04187Ce minibus nous dépose au refuge Las Torres, où nous dormirons demain soir.

Il est 10h30 et nous n’avons que 2h de randonnée pour aller au refuge Chileno, notre refuge pour cette nuit. Nous décidons alors de faire une promenade en face de l’hôtel Las Torres : un sentier d’interprétation qui mène à un mirador. DSC04190P1270148Ce sentier traverse différent milieux écologiques du parc, en commençant par un « humedal », une zone marécageuse. DSC04197Nous pouvons y voir quelques lapins plutôt imposants.

Nous arrivons à un panneau qui explique que la montagne face à nous a été escaladée pour la première fois par une expédition allemande de Bavière en 1937. Ils ont nommé cette montagne en hommage à l’amiral Nieto qui leur a apporté son aide pour organiser l’expédition.

Nous continuons en traversant une rivière et nous nous retrouvons face à 2 panneaux. P1270155Nous choisissons celui de droite sans trop prêter attention à ce qui est écrit dessus. Au bout de 2 min, il n’y a plus de chemin. Nous grimpons la colline en suivant un semblant de sentier, portant des empreintes de puma. P1270159Celui s’arrête face à une clôture de barbelés.

Nous pensons que le mirador est au fond en haut de la colline. Nous escaladons alors les barbelés et marchons jusqu’au point de vue. Nous avons un beau panorama sur le lac Nordernskjöld, de couleur turquoise, et le mont Almirante Nieto face à nous, enneigé au sommet.DSC04201DSC04203P1270181 Nous décidons de prendre notre picnic ici avec les sandwichs Barros Luco achetés la veille.

Nous revenons par le même chemin et nous nous rendons compte que le sentier d’interprétation était bien celui de gauche à la bifurcation. Celui de droite menait au « rincón de la contemplación », le recoin de la contemplation, un banc face au cours d’eau, un cul-de-sac. Nous décidons alors de poursuivre sur le sentier. Une pancarte plus loin nous décrit les baies de calafate, une sorte de myrtille que nous pouvons trouver dans la région, mais à cette époque, l’arbuste n’a pas de fruit.

Nous arrivons rapidement au fameux mirador que nous cherchions mais il n’offre pas une aussi belle vue que celle que nous avions au pic-nic.

Après cette promenade, nous revenons sur nos pas. En chemin, nous croisons quelques oiseaux au long bec, des ibis, en train de picorer dans l’humedal.P1270190

De retour au refuge à 14h, nous commençons enfin notre trek du W. P1270205Nous traversons une rivière sur un pont suspendu qui n’a pas l’air bien solide. Un panneau interdit plus de 2 personnes à la fois._DSC5588

Nous entamons alors une montée de 4,2 km, passant de 135m d’altitude à 409 m pour arriver au refuge suivant, le campement Chileno. En chemin, nous apercevons de loin le beau lac Nordernskjöld, puis nous pénétrons dans la vallée Ascensio au fond de laquelle coule une rivière au débit important. Le sentier offre des vues sur des cascades, des montagnes enneigées au fond et surtout les fameuses Torres.P1270212P1270225P1270231P1270237P1270245

Juste avant d’arriver au refuge, un bruit caractéristique éveille notre curiosité, un couple de pics de Magellan (sorte de pivert) est tout proche sur une branche. Tac ! Tac tac ! Ils perforent du bec l’écorce des arbres pour se nourrir de vers. Le mâle et la femelle sont de couleurs différentes : le mâle a la tête rouge vif, la femelle est noire.P1270250P1270254

Nous arrivons au refuge à 16h, soit après 2 heures de marche, comme indiqué sur le plan, mais nous avons fait de nombreuses pauses repos, changement de vêtement, photo. Il nous semble alors que les temps indiqués sur la carte sont plutôt larges.P1270262

Nous nous enregistrons au refuge, et posons nos affaires. P1270275Nous sommes dans un dortoir de 8 lits, pour la modique somme de 103 dollars par personne en pension complète (avec dîner, petit/déjeuner et lunch-box le lendemain).DSC04209

Nous nous posons dans la salle principale, équipée d’un poêle. P1270281Pour le goûter, nous mangeons un « alfajor », un gros biscuit mou au chocolat et « dulce de leche » (confiture de lait façon caramel, très sucré) que nous achetons au refuge 3000 pesos les 2.

Nous tombons sur un jeune français que nous avons rencontré rapidement dans les bureaux de l’agence Fantastico Sur, Pascal, de Rouen, qui fait son 2nd tour du monde. Nous échangeons sur nos aventures de voyage… enfin surtout les siennes car il s’écoute parler. Super radin, il fait le circuit du W en 3 jours en ne mangeant que des biscuits matin midi et soir et en dormant en tente. C’est vrai que les repas sont chers en refuge, mais quand même !!! Que des biscuits !!!

À 18h, nous quittons Pascal et partons prendre notre douche. Les salles d’eau communes ne sont pas terribles, juste un rideau à tirer pour les douches. Et il faut se changer hors de la douche car il n’y a pas de vestiaire. Chez les hommes, l’une des 2 douches a même le rideau transparent ! Limite pour le prix, mais il y a l’eau chaude.

19h30, dîner. On nous sert une soupe de tomate, du poulet au citron avec de la purée et du riz au lait en dessert (que j’échange contre une pêche au sirop).P1270282

Nous nous couchons à 21h30 car il faut se lever tôt demain, à 3h30, pour voir le lever de soleil sur les Torres del Paine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>