The golden city Jaisalmer, et le désert du Thar

1er jour, le 13 janvier : Palais et Havelis

Nous partons à la visite de la forteresse de Jaisalmer. Elle fut édifiée au XIIème siècle, mais ses murailles datent principalement des XVème et XVIème siècle. Elle est formée de 99 tours et 4 portes monumentales.

Dans l’enceinte de la vieille ville, nous commençons par la visite de temples jaïns. Ces 7 temples ont été construit en grès jaune entre le XII et XVème siècle, par des marchands jaïns venus trouver refuge dans la ville. Ces temples sont remarquables par leurs décorations. Le grès étant une roche tendre, chaque pierre est sculptée et ciselée très finement.

Nous nous promenons et nous perdons dans les ruelles du fort. Il y a des belles façades, aux fenêtres et balcons finement sculptés et décorés de fresques colorées. C’est un enchantement pour les yeux, moins pour les narines…

Les égouts sont des rigoles ouvertes parcourant les rues, comme à l’époque médiévale. De temps à autre, des remontées d’égouts parfument notre visite, d’autant plus présentes que la vieille ville à d’importants problèmes d’évacuation.

Le fort a été conçu à une période où et l’eau était rare et les femmes devaient faire des kilomètres pour en chercher. Aujourd’hui, de nombreux hôtels se sont construits dans l’enceinte et les canalisations ne sont pas prévues pour évacuer toute l’eau que les touristes consomment. Une partie de l’eau s’infiltre donc dans les fondations de la forteresse, en grès (sable), qui s’affaisse doucement. 3 bastions se sont déjà effondrés en une vingtaine d’années.

Nous faisons notre pause déjeuner au Surya, un restaurant dont la salle est directement située dans l’une des tours du fort. Nous y mangeons un délicieux Chicken Tikka Masala, pour changer un peu de la cuisine végétarienne omniprésente.

Nous entamons ensuite la visite du palais Maharaja Mahal, abritant le Jaisalmer Fort Palace Museum. C’est un élégant bâtiment de 7 étages, entièrement restauré. A l’extérieur, en haut d’une série de marches, on trouve le trône en marbre blanc du Maharaja, lui permettant d’assister aux audiences publiques, fêtes et revues des troupes. Sur la façade, de nombreux balcons sculptés et ajourés permettaient d’observer la rue. La visite nous emmène dans une succession de salles et cours. Nous visitons aussi l’ancienne chambre du Maharaja. Une petite galerie expose de belles sculptures du 15e siècle. Le clou de la visite est certainement le panorama depuis le toit du palais.

Nous ressortons de la forteresse pour découvrir des havelis situées dans la ville basse. Ce sont des demeures construits à partir du XVIIIème siècle par de riches marchands. Les façades sont magnifiques, très finement travaillées. Nous visitons la plus belle d’entre elles, la fabuleuse Patwah-ki-Haveli, composée de 5 maisons édifiées au début du XIXème siècle pour les cinq fils d’un riche marchand d’opium. Les façades sont extraordinaires. Leur construction aura duré près de 60 ans. Les meilleurs artisans y ont travaillé. Nous visitons la dernière des maisons, la plus haute, entièrement vide, à l’exception de quelques pigeons et chauve-souris. La vue sur le fort y est superbe. Nous visitons enfin la plus ancienne, restaurée et transformée en musée, qui contient  du mobilier, et quelques collections d’objets.

Diner dans le meilleur restaurant de la ville, le Trio. Nous cassons un peu notre tirelire (environ 6 euros) mais nous ne sommes pas déçus, c’est délicieux. Nous dégustons dans une ambiance tente du désert un délicieux mutton nagori, de tendres morceaux d’agneau dans une sauce à la façon du désert Thar.

[AFG_gallery id=’11’]

2ème et 3ème jour , les 14 et 15 janvier : Désert du Thar

Nous avons réservé la veille un safari de 2 jours dans le désert du Thar à dos de dromadaires, avec une nuit à la belle étoile dans les dunes.

Le circuit commence à 8h30 devant l’hotel Renuka.

Une Jeep nous emmène tout d’abord visiter sur le chemin le site Bada Bagh, un ensemble de cénotaphes des maharajas de Jaisalmer. Les tombeaux sont vides car les hindous pratiquent la crémation, les cendres étant jetées dans le Gange. Sous chaque coupole, il y a une stèle en marbre ornée d’un personnage à cheval (le roi) et ses femmes.

Après quelques minutes de route, notre Jeep nous dépose dans le désert du Thar. Nos montures arrivent. 2 français en descendent, ils terminent tout juste leur tour. Nous reprenons leurs dromadaires, pour repartir aussi tôt.

Nous traversons des paysages très variés. Ce n’est pas un désert de sable. Il y a beaucoup de végétation, des buissons, des herbes, des cailloux, puis du sable. Sylvain croit apercevoir un renard. De nombreux trous à l’ombre des buissons abritent des souris.

L’heure du déjeuner arrive et nous nous arrêtons sur une petite dune de sable à l’ombre sous un arbre. Notre guide, Delboy, allume un feu et nous prépare le repas : des légumes avec pommes de terre, et des chapati maison fait sous nos yeux. Nous nous reposons pendant près de 3 heures (petite sieste) pour éviter le soleil de midi. Il nous faut retrouver les dromadaires partis brouter plus loin, et nous repartons. Après 2 heures douloureuses pour nos fesses, nous apercevons au loin une grosse dune de sable, sortie de nulle part. Nous assistons au coucher du soleil, un peu déçus, une brume gâche le spectacle en cachant le soleil à l’horizon. La nuit tombe vite, et la température avec. Notre guide nous prépare un copieux diner autour du feu.

Nous préparons notre lit douillet à même le sable pour une nuit à la belle étoile. Nous avons apporté nos duvets, mais il fait vraiment froid, notre guide nous recouvre avec  4 lourdes couvertures. Impossible de bouger. Nous dormons habillé, avec bonnet, écharpe, gants, doudoune, collants. Le spectacle céleste est magnifique. Le ciel est sans nuage, l’atmosphère très pure. Nous nous endormons sous la constellation d’Orion.

[AFG_gallery id=’12’]

Au réveil, lever de soleil sur les dunes, plus joli que le coucher de la veille. Le petit dej est déjà près, Delboy nous attend avec des toasts, et des œufs durs, des oranges et du chai, le thé au lait indien, sucré et parfumé aux épices.

Nous remontons sur nos dromadaires respectifs. Nous avons des douleurs de la veille, les fesses sont déjà bien douloureuses à peine l’animal debout. Nous traversons de nouveaux paysages plus sauvages, qui ressemblent plus à l’idée que je me fais des savanes d’Afrique. De nombreuses gazelles gambadent au loin, parfois par groupe de 7.

Après 2 heures de chevauchée (dromadochée ?), la pause déjeuner est bien méritée, sous un arbre au milieu d’une plaine aride parsemée de petits arbres. Au loin des gazelles nous observent. Autour de nous des chameliers laissent brouter des branchages à leurs dromadaires.

Nous reprenons la route pour les quelques kilomètres qui nous séparent de l’arrivée. Reposer les fesses sur le dos des dromadaires devient presque insoutenable. Nos cuisses sont irritées par les frottements, car il n’y a pas d’étriers, et nos jambes se balancent avec la démarche chaloupée du dromadaire. Notre guide nous demande quel chemin nous souhaitons prendre pour le retour, le court, ou le long qui traverse un village. Nous choisissons le court, évidemment, qui durera quand même 1h30.

C’est un très bon moment que nous avons vécu, à partager avec notre guide super attentionné, et très agréable. Nous avons su apprécier le silence et le calme, après 10 jours de klaxon dans des villes polluées et bruyantes.

Nos postérieurs n’auraient par contre pas pu supporter un seul jour de plus. Le Lonely Planet recommande un minimum de 3 à 4 jours, notre conseil : ne surtout pas dépasser 2 jours !!!

Le soir, vers 23h30, nous prenons un train de nuit pour Jodhpur. Arrivés à Jodhpur vers 5h30, nous reprenons un bus express gouvernemental inconfortable pour Ajmer (durée 5 heures), et enchainons avec un dernier bus d’une ½ heure pour Pushkar. Un bien long périple pour rejoindre notre nouvelle destination.

[AFG_gallery id=’13’]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>